> lettres
Approches du handicap
Accueil
Webradio, une radio faite par les...
Approches du handicap
Lecture
Ecriture
Oral
Langues anciennes
Nouveau collège
Doublants EAF Tle
HIDA
LettresApproches du handicap > Apprendre avec la carte heuristique

Approche du handicap

Apprendre avec la carte heuristique

Les vertus de la carte heuristique ont déjà été évoquées sur ce site concernant la structuration des savoirs et leur utilisation dans un travail d’écriture. Il s’agit désormais d’envisager cet outil pédagogique aux plus-values multiples sous un autre jour, de se demander ce qu’il peut apporter dans le cadre de l’apprentissage ou de la re-convocation des connaissances notamment dans le domaine de la grammaire.

 

  • I- Contexte pédagogique

             Beaucoup d’enseignants notent à juste titre les problèmes récurrents que rencontrent leurs élèves pour mémoriser des connaissances et les re-convoquer à bon escient. Or, depuis les travaux d’Antoine de la Garanderie, nous savons que tous les élèves n’apprennent pas de la même manière et qu’il existe des profils pédagogiques donnant la priorité lors des activités d’apprentissage au canal auditif, visuel ou kinesthésique. Malheureusement, les mises en œuvre traditionnelles délèguent au seul support papier la mémoire du cours et privilégient les apprenants dont le profil visuel est avéré.

 

  • II- La mise en œuvre

             Cette problématique trouve une solution dans l’utilisation de la carte heuristique au format numérique déposée sur un espace de travail comme un site d’établissement ou, mieux encore, sur un Espace Numérique de Travail (ENT).


Pourquoi cette solution ?
Avant tout parce que les récentes recherches ont démontré que la carte heuristique était le seul outil permettant de solliciter de manière équilibrée les deux hémisphères cérébraux. Pour les apprenants utilisant davantage les mots, les paroles, c’est-à-dire le côté gauche du cerveau ou, pour ceux plus enclins au non-verbal, aux formes et couleurs…, la carte heuristique apportera une réponse de qualité.


Néanmoins, elle ne pourra se contenter du support papier et devra prendre une forme numérique grâce au logiciel libre et gratuit Freeplane. De cette façon, la carte mentale pourra favoriser le recours aux canaux visuel (animations), auditif (fichiers son) et kinesthésique (clics qui développent ou replient les branches). Il y aura donc ici une forme de multimodalité qui favorisera la construction de représentations mentales des savoirs, leur compréhension, leur mise en réseau et leur mémorisation.

Voir une proposition de carte sur les expansions du nom en 5ème. (Attention, les vidéos et les fichiers son doivent être lus par le logiciel gratuit VLC)


La mise en œuvre est assez aisée. Tout d’abord, elle recourt à un logiciel de création de cartes mentales, Freeplane. Ce dernier permet en quelques clics de construire le document mais aussi de l’exporter au format numérique. En outre, il rend possible la création de liens hypertextuels vers des fichiers son ou vidéo.


Afin de profiter de cette opportunité, des fichiers son d’explication vont être créés grâce à l’application gratuite Audacity. Il s’agira alors de courts fichiers (environ une minute) qui pourront redéfinir un concept (Ex : la proposition subordonnée relative) ou de mettre l’accent sur un élément essentiel du cours. Ajouté à la carte sous forme de lien, ce fichier permettra de palier l’absence de l’enseignant au moment de l’apprentissage et de coder en mémoire les connaissances sous forme auditive.


Mais, en fonction du profil pédagogique de l’enfant, cela peut ne pas suffire ou ne pas être efficace. C’est pour cette raison que la carte va proposer une autre alternative : l’animation qui reprendra l’analyse faite au tableau de la classe. Ainsi, l’apprenant bénéficie d’une continuité entre le travail synchrone effectué en classe et celui, asynchrone, de mémorisation du cours.


Le fichier d’animation se réalise en quelques clics grâce à la fonction d’enregistrement de paperboard présente dans tous les logiciels de TBI : Activ Inspire, Notebook, Workspace ou Sankore _ à noter que les deux derniers sont proposés gratuitement par leurs éditeurs pour une utilisation en établissement. Il suffit alors de reprendre les différentes étapes d’une analyse grammaticale tandis que l’enregistrement saisit tout ce qui se réalise au tableau. Une fois la captation effectuée, le logiciel crée automatiquement le fichier vidéo qui peut alors être mis en lien dans la carte.

 

  • III- Pourquoi utiliser les Tice ?

 

           La présentation de ce document numérique demande certes la conjonction de plusieurs applications mais cela permet avant tout de mettre en avant ce que les chercheurs appellent l’effet de modalité.


Ce dernier témoigne de la supériorité pédagogique en termes de mémorisation et de compréhension d’un texte associé à un son ou à une vidéo – avec une prédilection pour la première combinaison _ par rapport à un texte seul. Cela est imputable à la construction de la mémoire de travail, partie de notre mémoire qui stocke les informations nouvelles et les code en vue de leur passage en mémoire à long terme. La mémoire de travail repose sur une boucle phonologique (son) et sur un calepin idéo-visuel (animation) qui engramment l’information pour rendre possible sa re-convocation lors d’une tâche cognitive ultérieure.


En outre, il est à noter que la multimodalité apporte une aide précieuse avant tout aux élèves novices dans un domaine ou en difficulté. Ce scénario est donc à la fois porteur d’une facilitation pédagogique pour certains apprenants et d’une réponse à l’hétérogénéité des acquis au sein de la classe.


Enfin, les Tice permettent ici de compenser l’absence de l’enseignant lors de la phase d’apprentissage du cours. L’élève retrouve, grâce à la carte et aux fichiers annexes, la structure du cours, les remarques les plus importantes ainsi que les manipulations effectuées au tableau. Il y a ici une externalisation hors les murs et les horaires du cours qui renforce la continuité des apprentissages entre le collège et le domicile.

 

  • IV- Les limites de la démarche

             La prise en main des trois applications ne demande pas un investissement très conséquent car elles sont intuitives et bénéficient de tutoriels très bien faits (Cf. Quelques liens utiles).


Néanmoins, créer un document multimédia demande du temps et de la rigueur. Mais un tel support peut aisément être réutilisé sur plusieurs années. Il s’agit donc d’un investissement dans un support de qualité.

 

  • V- Quelques liens utiles

 1-    Feeplane
Télécharger Freeplane : sourceforge.net/projects/freeplane/
Utiliser les cartes heuristiques en Lettres
www.cndp.fr/crdp-besancon/index.php
www.heuristiquement.com/2007/11/la-lettre-argumentative-avec-la-carte.html


2-    Audacity
Télécharger Audacity : audacity.sourceforge.net
Tutoriels
leblogaj.over-blog.com/article-34307343.html
webtice.ac-guyane.fr/kru/IMG/pdf/tutoriel_audacity_version_2_0_2.pdf


3-    TBI
Activ Inspire : www1.prometheanplanet.com/fr/server.php
Notebook : www.smartboard.fr
Workspace : http://www.einstruction.fr/?WorkSpace-LE
Sankoré : open-sankore.org/fr
Le TBI dans Edubase Lettres : http://eduscol.education.fr/lettres/pratiques/tic/TBI
Tutoriels : mediafiches.ac-creteil.fr

 

Philippe GODIVEAU

Vers le haut

MEN
accédez à  votre espace