> lettres
Doublants EAF Tle
Accueil
Webradio
Approches du handicap
Lecture
Ecriture
Oral
Langues anciennes
Nouveau collège
Doublants EAF Tle
HIDA

Lecture analytique n°3

Proposition d’analyse du texte 3 : extrait du livre I : « Misères », Les Tragiques d’Agrippa d’Aubigné

 

Théodore Agrippe d’Aubigné (1552-1630), appartenant à une noble famille huguenote, a participé militairement au drame historique qui a brisé le rêve humaniste : les guerres de religions. Il évoque ces circonstances douloureuses dans son œuvre principale, Les Tragiques, un vaste poème divisé en sept chants composés entre 1577 et 1616. Le passage étudié appartient au premier d’entre eux.


Comment cet extrait de poème du XVIème siècle se met-il au service de l’Humanisme de la Renaissance?


  • I- Cette œuvre poétique présente un projet allégorique marqué par son Humanisme

 

A. L’auteur revendique la paternité d’un tel projet. « Je » est le 1er mot de cet extrait, sujet d’un auxiliaire de volonté introduisant lui-même une activité artistique : « peindre » (1). Ce verbe employé métaphoriquement signifie « décrire ». Il illustre la volonté du poète d’écrire à l’aide d’images poétiques propres à frapper son lecteur. Son sujet, « la France », correspond à l’actualité politique et poétique du XVIe siècle, quand on songe par exemple que l’ambition de François Ier d’unir son royaume autour de sa langue est rejointe par les membres de la Pléiade qui souhaitent produire leurs œuvres en français. Dans le 1er vers, « la France » est suivie d’une expression apposée qui la transforme en une allégorie : « une mère affligée». Par l’intermédiaire de la rime suivie (1-2), le poète introduit deux autres personnages allégoriques : « de deux enfants chargée ».


B. Les personnages témoignent de l’Humanisme de l’auteur. D’une part, ils s’inscrivent dans une culture protestante fondée sur la lecture directe de la Bible (de l’Ancien Testament) à travers Esaü (7) et Jacob (11). D’autre part, les références aux vertus de la France (vers 4, 8, 25, 29 et 32) illustrent une philosophie idéalisant ce que l’humanité a de meilleur : elles renvoient à la pureté (le lait), au don de nourriture et de soi-même. Mais surtout elles magnifient  l’amour maternel, une valeur complétée au vers 26 par celle de la justice.


C. Ces personnages animent un récit allégorique qui fonctionne comme une argumentation indirecte. Si la mère représente explicitement « la France », il faut déduire de l’engagement religieux  de l’auteur que le mauvais fils, Esaü, incarne le parti catholique alors que sa victime, Jacob, symbolise les protestants. L’extrait poétique étudié forme un ensemble narratif complet dont la situation initiale (1-2) est perturbée par la violence déclenchée par le mauvais fils : « empoigne » (3). Le présent de l’indicatif souligne cette brutalité qui provoque une série de péripéties de plus en plus négatives : c’est un mouvement impossible à arrêter suggéré par la série des enjambements qui relient les vers 3 à 6. On assiste d’abord à la gloutonnerie injuste d’Esaü (4 à 10), puis à la révolte compréhensible de Jacob (11 à 18), au combat qui dégénère (19 à 24) et à la réaction désespérée de la mère (25 à 29). Dans la situation finale (30 à 34), celle-ci prend la parole au discours direct pour lancer une double malédiction : le pronom « vous » met les deux fils sur le même plan, et l’apostrophe péjorative « sanglante géniture » est renforcée par un jeu sonore saisissant fondé sur l’allitération en [v] perceptible dans la triple répétition de « vous »  et dans l’imprécation « vivez de venin ».
    Ainsi, dans ce poème, l’Humanisme chrétien né de la possibilité d’une lecture directe des textes bibliques débouche finalement sur une sanglante guerre des religions.



 


  • II- Selon le poète humaniste, la violence détruit toute forme d’humanité.

 

A. Cette violence est omniprésente dans son œuvre. On le ressent dès le 1er alexandrin commençant par une figure positive dans le 1er hémistiche (protase), dégradée par une image contradictoire dans le second hémistiche (apodose). L’adjectif « affligée », qui étymologiquement signifie « frappée, abattue », soumet la France à une double brutalité, physique et morale. La mère déclenche dès le début  la pitié du lecteur : le registre est donc pathétique. Cette victimisation est sensible tout au long d’un texte qui multiplie les brutalités corporelles : « A force de coups » (4), « leurs coups » (18), « ensanglanté » (31), et qui évoque les souffrances psychologiques à travers des manifestations physiques : « pitoyables cris » (15), « aux derniers abois » (30). 

 

B. On assiste même à une surenchère dans l’horreur : d’abord Esaü « brise le partage » (5) et use d’une violence injuste, puis celle-ci s’étend aux deux enfants (14), la conséquence est une destruction mutuelle indiquée par le verbe pronominal réciproque « ils se crèvent les yeux » (20). Enfin l’horreur est à son comble quand l’un d’eux transgresse une forme de tabou: « Viole (…) l’asile de ses bras » (28).

 

C. Ainsi, le poème dénonce l’inhumanité des guerres de religions. Dans les alexandrins 13-14, les trois premiers hémistiches semblent donner raison à Jacob qui a le droit de son côté : « Juste », « rend à l’autre », mais dans le quatrième  apparaît le résultat odieux : « dont le champ est la mère », d’autant plus que la « colère », cause du malheur, rime avec « mère », la victime. Le calvaire imposé est tragique comme l’indique le vocabulaire propre à ce registre : « malheureux » (7) et « gauche malheur » (20). D’ailleurs, la France ne semble plus pouvoir échapper à la fatalité représentée par « sa proche ruine » (30) qui l’enferme dans un avenir négatif.


    Même si au début de cet extrait, le poète semble favoriser le camp protestant à travers le personnage de Jacob, on constate très vite qu’il parvient à dépasser son engagement politique et religieux pour dénoncer une guerre sans issue. En soulignant l’horreur de la situation au moyen d’une poésie vibrante de son émotion et de son dégoût, il cherche à persuader le lecteur de l’injustice d’un combat qui détruit tout à la fois la France et les idéaux de l’Humanisme.


 

 

Télécharger ce cours au format pdf

 

Auteur de ce document: M. Serge Bouhnik

 

 

Vers le haut

MEN
accédez à  votre espace