> lettres
Doublants EAF Tle
Accueil
Webradio
Approches du handicap
Lecture
Ecriture
Oral
Langues anciennes
Nouveau collège
Doublants EAF Tle
HIDA

Lecture analytique n°2

Le joujou du pauvre- Lecture analytique.

     Le Joujou du pauvre est l'une des pièces du recueil de poèmes en prose intitulé Le Spleen de Paris, écrit par Charles Baudelaire, poète symboliste,  entre 1855 et 1864 et publié de façon posthume en 1869. Le terme « Spleen » désigne le mal de vivre, la tristesse du poète confronté aux échecs de toutes natures. Il apparaissait déjà dans le titre d’une des sections des Fleurs du mal- « Spleen et idéal »- recueil publié en 1857 et qui valut à son auteur un retentissant procès pour atteinte à la morale publique. Dans le Spleen de Paris, Baudelaire se propose, à l’imitation d’Aloysius Bertrand , l’auteur de Gaspard de la nuit (1842), d’écrire de la poésie en prose, plus propre selon lui à « s’adapter aux mouvements lyriques de l’âme, aux ondulations de la rêverie, aux soubresauts de la conscience ». (Extrait d’une lettre à Arsène Houssaye 1862.)

  La lecture suscite les réactions suivantes : c’est très bien construit, il y a un message, cela ressemble à une fable. Le ton est très différent du poème de Victor Hugo. Pourquoi est-ce que c’est poétique ? Quel est exactement le message, est-ce qu’il y a un message implicite ? L’étude tentera de traiter ces différentes pistes .

  • 1- Un apologue


La structure du texte en fait un texte didactique très rigoureusement construit.
On distingue clairement deux parties à l’énonciation très différente :

a-l.1 à 10 : l’auteur s’adresse au lecteur (Vous) pour lui donner un conseil, conseil qui peut être assimilé à une thèse. « (…) remplissez vos poches de petites inventions à un sol( à un sou)(…) faites-en hommage aux enfants inconnus et pauvres que vous rencontrerez. ». Baudelaire conseille donc d’offrir des jouets simples et bon marché aux enfants pauvres.
Les temps verbaux utilisés rendent le passage convaincant : le futur qui présente les faits comme certains (« vous sortirez »- « vous verrez »- « ils n’oseront ») et l’impératif qui rend l’injonction très pressante (« remplissez »-  « Faites »).
Des exemples précis de jouets simples appuient l’idée du poète (« le polichinelle plat, mû par un seul fil, les forgerons qui battent  l’enclume, le cavalier et son cheval dont la queue est un sifflet ». Un argument clôt le passage : les enfants pauvres seront  heureux, puisqu’ « ils s’enfuiront comme font les chats qui vont manger loin de vous le morceau que vous leur avez donné… ».

b- L11 à la fin : un récit descriptif (imparfait ) qui illustre le goût des enfants pauvres (et des enfants en général) pour les jouets simples. Dans le récit les deux enfants sont fascinés par un jouet « simple » mais répugnant, un rat. Baudelaire insiste sur la fascination exercée par le joujou du pauvre : fascination du riche,  «  …l’enfant pauvre montrait à l’enfant riche son propre joujou, que celui-ci examinait avidement comme un objet rare et inconnu. ». Et fascination du pauvre suggérée par l’accumulation des verbes : « Or ce joujou, que le petit souillon agaçait, agitait et secouait dans une boîte grillée, c’était un rat vivant ! »

La structure du texte ressemble donc à celle d’une fable, moralité d’abord exprimée, puis illustration.

 

  • 2- Un récit très bien construit (pour un message implicite dépassant la « moralité » initiale)


L’étude du récit  amène à découvrir le grand soin avec lequel l’écriture est menée.


a-    Un jeu de symboles très parlants .
Un château- La blancheur- La grand route- Une grille –Les chardons et les orties- Un rat Les symboles sont d’ailleurs très explicites puisque Baudelaire précise : « A travers ces barreaux symboliques séparant deux mondes… ».
Comme dans toute fable l’auteur recourt à des figures  simples et claires .

b-    Un jeu de symétries très soigné.

- A la ligne 11 : « Sur une route , derrière la grille  d’un vaste jardin, au bout duquel apparaissait la blancheur d’un château frappé par le soleil (…) », répond la ligne 29 : « De l’autre côté de la  grille, sur la route, entre les chardons et les orties, il y avait un autre enfant (…)
Baudelaire reprend  comme un refrain « sur une route » par « sur la route », il souligne en revanche de façon symbolique la différence des deux mondes : « un vaste jardin »- « la blancheur d’un château » pour suggérer la richesse et la propreté. S’y opposent « les chardons et les orties » de la friche d’un terrain sale et laissé à l’abandon.


- De même sont symétriques les descriptions des deux enfants : « un enfant beau et frais » est repris en contrepoint par « un autre enfant, sale, chétif, fuligineux (couvert de suie) ».
L’opposition des deux mondes est donc bien marquée. Y compris dans l’évocation de leurs jouets respectifs. Le riche a un joujou qui lui ressemble, « un joujou splendide , aussi frais que son maître , verni, doré, vêtu d’une robe pourpre, et couvert de plumets et de verroteries ». Plumets et verroteries soulignent sans dote le côté ostentatoire de cette richesse. L’enfant pauvre ne dispose que d’un rat vivant, animal répugnant comme l’est l’aspect du petit pauvre.

-    Dernière symétrie , Baudelaire exprime par deux expressions  métaphoriques se rapportant à l’art le fait que l’apparence des deux enfants peut être trompeuse : pour le riche son accoutrement pourrait faire croire qu’il est « d’une autre pâte  que les enfants de la médiocrité… ». Pour le pauvre il suffirait de gratter la crasse et on découvrirait en dessous « une peinture idéale sous un vernis de carrossier ».

Le poète a donc pris grand soin de bien mettre en évidence ce qui oppose et ce qui rapproche les deux enfants, mais finalement « les deux mondes » aussi comme il est dit clairement à la ligne 23.

 

  • 3-Un message dépassant le conseil initial


Les phrases sont déclaratives ( à part pour exprimer la surprise de la découverte du joujou du pauvre : « un rat vivant !). Il n’y a dans le texte aucune condamnation de l’injustice sociale, mais plutôt un constat de son existence. Un constat froid des différences : l.14 « Le luxe, l’insouciance et le spectacle habituel de la richesse  rendent ces enfants-là si jolis qu’on les croirait faits d’une autre pâte que les enfants de la médiocrité ou de la pauvreté. » De la même façon pour le petit pauvre, une analyse sans compassion traduite par quelques termes péjoratifs :  « un de ces marmots-parias », le « petit souillon »
Le propos de Baudelaire n’est pas là. La poésie ne sert pas à dénoncer mais à voir plus loin que les apparences . Malgré leurs différences évidentes, ces deux enfants se ressemblent étrangement, ainsi que la symétrie précédente le laissait deviner. La dernière phrase du texte donne donc implicitement le message de la fable : « se riaient fraternellement »- « dents d’une égale blancheur »


Mais en quoi se ressemblent-ils ? Les deux sont attirés par un jouet bien répugnant , un rat. N’est-ce pas là le message ? Le constat d’un penchant de l’être humain, dès son plus jeune âge, pour la laideur et la saleté. Dès lors, le texte retrouve une grande cohérence et l’on comprend mieux le souci qu’a l’auteur de conseiller l’achat de jouets simples et bon-marché  aux enfants pauvres : pour les détourner d’autres jouets plus malsains ? 


CONCLUSION – La poésie sert-elle à dénoncer ? Pour Baudelaire, non. Elle n’est pas un outil polémique mais plutôt un instrument de connaissance philosophique. Elle explore plus la nature profonde de l’homme que la société.


Télécharger ce cours au format pdf

 

Auteur de ce document: M. Jean-Luc Riffault

Vers le haut

MEN
accédez à  votre espace