> lettres
Doublants EAF Tle
Accueil
Webradio
Approches du handicap
Lecture
Ecriture
Oral
Langues anciennes
Nouveau collège
Doublants EAF Tle
HIDA

Lecture analytique n°2

Proposition d’analyse du texte 2 : Le Festin de Pierre de Thomas Corneille, acte V, scènes 4 à 6

    Thomas Corneille (1625-1709) est le frère de Pierre Corneille, l’auteur du Cid. Comme son frère, il a mené une carrière juridique et comme son frère, il a écrit des comédies et des tragédies, dont certaines ont obtenu un vif succès à l’époque. Quatre ans après la mort de Molière, à la demande de la veuve de ce dernier, il réécrit en vers une version de Dom Juan sous le titre du Festin de Pierre. En lisant le dénouement de cette pièce, on découvre que le passage de la prose aux vers s’accompagne d’autres transformations de l’original…


Comment la fin de Dom Juan contribue-t-elle à l’élaboration de son mythe ?


1.    Cette réécriture s’accompagne d’une dévalorisation du personnage de Don Juan.

A) Cette dévalorisation apparaît quantitativement. Sur une vingtaine d’alexandrins, Don Juan ne s’exprime qu’en quatre vers alors qu’il est le personnage principal de la pièce. Sa plus longue réplique (24-25) n’atteint pas la longueur de deux alexandrins consécutifs et complets. Au contraire, la Statue possède onze vers et parvient à développer ses répliques (29 à 34) dans un discours argumentatif, ce que Don Juan ne peut pas faire : la scène ne lui permet donc pas de se justifier. Et même Sganarelle s’exprime davantage que Don Juan. Certes au début ses interventions sont comiques car il répond à la Statue alors que celle-ci s’adresse à son maître ; mais ensuite son propos devient plus sérieux au point qu’il semble vouloir « effacer » les paroles de Don Juan, tantôt par un commentaire péjoratif « Détestable » (27), tantôt par un discours moralisateur dans l’ultime réplique qui lui donne le dernier mot.

B) Cette dévalorisation est amplifiée par le spectacle théâtral. Plusieurs indices le confirment :
-première didascalie (2) : la Statue s’impose physiquement face à Don Juan qui est le COD du verbe.
-dans le dialogue (3 à 17) : elle confirme sa supériorité grâce à l’impératif alors que Don Juan fait figure de lâche répondant précipitamment : « Laisse-moi » ou « Je t’en quitte ». Cette lâcheté le différencie radicalement du Dom Juan de Molière. La tentative de fuite est soulignée par la rime « quitte/si vite » et l’affirmation « Je ne sais ce que c’est que trembler » (25) qui n’est qu’une parole de fanfaron démentie par ses actes.
-dans la didascalie (35) : la Statue a de nouveau l’initiative en emprisonnant Don Juan dans ses bras (embrasse) et en faisant de sa disparition un événement très rapide : même si le feu purificateur, « je brûle », suggère une mort affreuse, le public n’a pas vraiment le temps de s’apitoyer sur le coupable.
-la rapidité de l’élimination de Don Juan est amplifiée par la réplique finale de Sganarelle, elle aussi assez courte et exclamative. En fin de pièce, le cri de Don Juan, « Ciel ! » (38), puis ceux de Sganarelle mettent le maître et le valet sur le même plan et tranchent avec la déclaration très ferme et assurée de la Statue (29-34).
    Le cri ultime de Don Juan, reconnaissant le pouvoir de Dieu, souligne l’objectif de ce dénouement.

2.    Un dénouement moralisateur.



A) La Statue transmet, dans ses répliques, le message moralisateur. Dans ses courtes interventions (du début à 20), elle s’exprime au présent à travers une série d’impératifs : « demeure, tremble ». L’avenir est lui aussi évoqué comme négatif et menaçant : « tu n’iras pas » (19), « le Ciel va punir » (21). Les alexandrins (20-21) donnent un ton encore plus solennel à la menace qui trouve sa chute dans le verbe détaché : « tremble » (22). Dans la longue réplique de la Statue (28 à 33), la leçon est clairement énoncée par un personnage qui impose la supériorité de sa parole : « Je t’ai dit » (28) ; le passé composé, un temps du passé qui a des conséquences dans le présent, suggère que cette leçon a été répétée mais qu’elle n’a pas été entendue par son destinataire, Don Juan. La conséquence est donc la punition finale : « Prends, voilà ce qui t’est dû » (34). Don Juan a commis une double faute : d’une part, en s’enfonçant dans le péché, il n’a pas compris que la loi divine contrôle la vie humaine en excluant le libre-arbitre (30), et d’autre part, en s’obstinant dans cet aveuglement, « tu ne songeais pas » (29), « au lieu d’y réfléchir » (31), il a précipité sa chute, ce que suggère la rime « crime/abîme » (31-32).


B) Ce discours moralisateur est relayé par un Sganarelle métamorphosé. Le moment de cette transformation, qui le fait passer d’un valet peureux et ridicule (6-7 et 11-12) à un juge moral des propos de son propre maître, intervient dans la phrase exclamative « Détestable ! » (27) faisant suite à la fanfaronnade de Don Juan. Mais c’est dans la dernière réplique que Sganarelle développe son propos. Au lieu de réintroduire le burlesque comme dans la pièce de Molière, il expose au présent une vérité en utilisant des tournures généralisantes « pour tous » (41), « à qui(conque) » (42). Cette morale est volontairement effrayante avec des mots comme « étonnant », « scélérats » et « malheur ». Elle met donc en avant, en se fondant de la punition subie par Don Juan, un Dieu implacable face au péché. Elle souligne aussi le pouvoir du théâtre qui à travers « L’exemple » (41) doit purger le spectateur de ses passions, selon une utilisation chrétienne de la catharsis antique.


    Fidèle à la commande de la veuve de Molière, Thomas Corneille s’est appliqué à réécrire l’œuvre de son prédécesseur en vers, mais il est allé bien au-delà de cette mission. Il s’agissait pour lui de transformer en profondeur la pièce originale pour la rendre plus conforme à la morale dominante de la fin du XVIIe siècle en transformant radicalement le spectacle du dénouement ainsi que ses protagonistes. Si cette version pouvait satisfaire aux exigences idéologiques de l’époque, on peut maintenant  la voir comme une sorte de trahison des intentions de Molière, appauvrissant le mythe de Don Juan que ce dernier avait contribué à forger.    

Télécharger le fichier au format pdf

 

Auteur de ce document: M. Serge Bouhnik

Vers le haut

MEN
accédez à  votre espace