> lettres
Doublants EAF Tle
Accueil
Webradio
Approches du handicap
Lecture
Ecriture
Oral
Langues anciennes
Nouveau collège
Doublants EAF Tle
HIDA
LettresDoublants EAF TleSéries généralesRhinocéros > Lecture analytique 1

Lecture analytique n°1

Lecture analytique 1 : «Oh ! Un rhinocéros !»Acte I, de «DÉCOR / Une place dans une petite ville de province» à «LA SERVEUSE : Oh ! Un rhinocéros !» (p. 35 à 45, Ed. Gallimard, Coll. «Folio théâtre»).


Problématique : Quelles sont les fonctions de cette scène d’exposition ?


I) Informer

1)  Le lieu :
- De  nombreuses indications de lieu ponctuent les didascalies (du grec Didasko = «J’enseigne»). Ionesco communique des informations au metteur en scène, et ces informations donnent au lieu un caractère réaliste, banal. Cette scène d’exposition s’ancre dans le quotidien d’ «une petite ville  de province». Il y est ainsi question d’une «épicerie», d’une «église», d’une «petite rue», d’un «café», d’un «arbre poussiéreux près des chaises de la terrasse».
- Dès lors, il faut noter que l’apparition du rhinocéros deviendra nécessairement symbolique, absurde.


2)  Les personnages :
- Outre  les  personnages  secondaires,  l’attention  est  centrée  sur  les  personnages  de  Jean  et  de  Bérenger,  qui  s’opposent  physiquement.
Bérenger a notamment «les cheveux mal peignés, les vêtements chiffonnés ; tout exprime chez lui la négligence», tandis que Jean est «très soigneusement vêtu», il a «des souliers jaunes, bien cirés».
- Cette opposition physique  va  de  pair  avec  une  opposition de caractère, qui induit  même  une  opposition morale  : Jean déclare  ainsi, par exemple, «J’ai honte d’être votre ami» puis, plus loin : «Je vous vaux bien ; et même, sans fausse modestie, je vaux mieux que vous».


3)  L’intrigue :
- L’intrigue  naît, explicitement, avec  l’arrivée  du rhinocéros. Cette  arrivée jure complètement avec le caractère  réaliste  de la scène, analysé précédemment. Ainsi, la  serveuse  déclare  «Mais  qu’est-ce  que  c’est ?», formulant à  haute  voix le  questionnement du  lecteur/spectateur, puis y répond elle-même plus loin par son exclamation : «Oh ! un rhinocéros !».
- Cependant, l’intrigue  naît également, de manière  implicite, grâce  à l’opposition entre  les personnages principaux  : leurs répliques portant sur la question de l’habillement, sur le fait d’arriver à l’heure, ainsi que sur «le devoir d’employé»  cher à Jean préfigure un débat moral qui aura bien lieu dans le reste de la pièce.

 

II) Séduire

1)  Une scène pleine de suspense :
- Malgré  toutes les remarques qui ont été  formulées précédemment, cette scène d’exposition informe relativement peu le  lecteur/spectateur, qui ne dispose pas encore  d’éléments suffisants pour interpréter avec  certitude  l’arrivée  du rhinocéros ; cela est générateur  d’une  certaine surprise donc, en l’occurrence, d’un certain suspense.
- Le  lieu est baigné  de  lumière  : ainsi, Ionesco insiste  sur  les «Ciel bleu, lumière crue, murs très blancs». Le  lecteur/spectateur peut alors raisonnablement  se demander si  l’auteur a  l’intention, dès le  lever du  rideau, de  dévoiler une  vérité  (la  lumière  étant traditionnellement symbole de vérité, par opposition à l’obscurité). Mais de quelle vérité s’agit-il ? Encore une fois, le lecteur/spectateur ne possède pas, à cet instant, de renseignements suffisants pour répondre à cette question.

2)  Une scène comique :
- Cette scène  est  ponctuée  de  comiques de  mots : par  exemple, Jean déclare  de  manière  absurde  «plus on  boit, plus on  a  soif». Bérenger, quant à lui, utilise une synecdoque comique en déclarant «J’ai un peu mal aux cheveux...»  puis, plus loin, une expression populaire qui, par son niveau de langue familier, recèle une dimension comique : «J’ai un petit peu la gueule de bois».
- De plus, cette scène d’exposition utilise le  comique de caractère : en utilisant les remarques émises en I)  2), on parvient à noter le  fait que les caractères des personnages principaux sont diamétralement opposés et particulièrement stéréotypés, ce qui est propre à créer le comique de caractère.
- Cette scène utilise enfin le comique de situation. On remarquera, à titre d’exemple, que  Jean déclare ainsi : «Comme vous ne venez jamais à l’heure, je viens exprès en retard».


Conclusion de la lecture analytique 1 :

- Cette  scène  d’exposition  semble,  de  prime  abord,  tout  à  fait  «classique»  :  en  effet,  elle  a  d’abord  pour  but d’informer  les  lecteurs/spectateurs au sujet du lieu, des personnages et de l’intrigue, tout en cherchant à les séduire grâce à ses facultés à générer  du suspense et à jouer  sur  différents  ressorts  comiques. Cependant, elle  possède  une  certaine  originalité, et  l’on  comprend  que  la  valeur  de  cette  scène d’exposition dépasse ces simples aspects techniques : la volonté de rendre cette scène lumineuse et l’opposition (morale, notamment) entre Jean et Bérenger préfigure un débat, une réflexion d’une portée politique ou philosophique.
- Il est possible de comparer cette scène d’exposition à la scène  de dénouement du même Rhinocéros (voir séquence  II, lecture analytique n°3) ou à d’autres scène d’exposition (séquence VII, lectures analytiques n°2 et n°3).

 

Télécharger ce document au format pdf

 

Auteur de ce document: M. Clément Bigot

Vers le haut

MEN
accédez à  votre espace