> lettres
Ecriture
Accueil
Webradio, une radio faite par les...
Approches du handicap
Lecture
Ecriture
Oral
Langues anciennes
Nouveau collège
Doublants EAF Tle
HIDA
LettresEcriture > Ecriture d'invention ludique

Modele_ecriture

Suivez le fil RSS Edubase

 

Autour de La Fontaine

Cette séquence, qui peut s'étendre sur un durée de dix-huit heures, a pour but de rendre l'élève capable d'écrire un récit en variant la manière de nommer les personnages ; outre les reprises [...]

09.03.2017 15:50

Bouquet de fables : écriture d'un recueil de fables dans le cadre de l'AP en classe de 2e

Ce projet vise à faire écrire et enregistrer aux 2ndes des fables, sur le modèle de La Fontaine ou de Florian, illustrant la devise de la République française. Les objectifs sont divers : réfléchir [...]

24.02.2017 14:53

Fabuleux animaux : création de fables rédigées puis mises en voix

Dans le cadre d'une séquence dont la problématique est : "Comment des récits mettant en scène des animaux permettent-ils de transmettre des valeurs, au XVII° siècle comme aujourd'hui ?" les élèves de [...]

24.02.2017 14:49

Jouer avec les codes : écrire une lettre de non-motivation

Les étudiants vont analyser des textes puis en produire eux-mêmes, seuls ou par groupes, pour s'amuser avec les mots : l'objectif est que ces étudiants, qui bloquent parfois a priori sur la notion de [...]

16.11.2016 18:32

Amener les élèves à écrire une nouvelle sur Facebook

Dans ce projet, il s'agissait d'amener les élèves à écrire une nouvelle du brouillon à la publication et échange avec le lecteur. Facebook est aujourd'hui un nouveau lieu de littérature avec [...]

07.11.2016 21:52

Le Japon dans l'imaginaire contemporain français : l'utilisation du padlet au service d'un travail en partenariat

Utiliser un support numérique pour écrire et réfléchir mais aussi travailler l'expression orale et écrite.

15.10.2016 09:49

Opération "sur ses mots" : jouer avec les mots et les notes pour écrire une chanson

Dans le cadre de l'opération "sur ses mots", deux classes de 3e du collège Yolande d'Anjou de Saumur, ont suivi un parcours créatif stimulant. Une rencontre initiale avec Thomas Dutronc a lancé le [...]

06.10.2016 11:42

Ecrire et mettre en voix l'actualisation d'une nouvelle du XIXème, « la dot »

Les récits du XIXème siècle sont éloignés des repères des élèves, ils ne perçoivent pas la critique sociale et psychologique chez Maupassant et restent centrés sur l'aspect narratif.

01.09.2016 10:40

Co-écrire avec un pad

La possibilité d'écrire à plusieurs de manière spontanée, aussi facilement qu'avec le papier crayon, est une possibilité tout à fait envisageable à l'ère du web 2.0. Et cela d'autant plus que l'on [...]

22.08.2016 19:44

Écrire, copier, créer ma ville

Dans le cadre du projet, le numérique accompagne l'élève dans sa production écrite et plastique. Il est donc un outil exploité dans les deux matières du projet.

20.07.2016 01:52

Travailler l'écriture d'invention de manière ludique, en classe de Seconde, à la manière des «Livres dont vous êtes le héros»

A partir de l'analyse d'un extrait d’une nouvelle réaliste (La Rempailleuse, de Guy de Maupassant, servant d'élément déclencheur à une trame à dominante narrative d'un texte à produire) les élèves sont invités à en rédiger la suite à partir d'un choix de contraintes générées par un logiciel informatique.

 

  • I- Le contexte pédagogique

- L’exercice de l’écriture d’invention  pose fréquemment problème à de nombreux élèves. En effet, ces derniers ont trop souvent tendance, du fait d’un phénomène d’imprégnation culturel complexe, à penser que l’on ne peut écrire qu’en se fiant à son inspiration. Mais si cette pensée s’avère très discutable d’un point de vue artistique, elle s’avère tout bonnement dangereuse d’un point de vue scolaire : l’écriture d’invention n’a pas pour but de révéler les qualités d’un écrivain, mais d’évaluer l’apprentissage et les compétences acquises par un élève. Comme le souligne le Bulletin officiel spécial n°7 du 06/10/2011, «L'exercice se fonde (...) sur une lecture intelligente et sensible du corpus et exige du candidat qu'il se soit approprié la spécificité des textes dont il dispose (langue, style, pensée)» : l’élève se doit donc d’analyser méthodiquement les textes dont il dispose, ainsi que la consigne du sujet donné, afin de créer un brouillon qui lui servira de «patron» pour le texte que l’épreuve lui demande de produire.


- Partant, l’exercice s’avère difficile pour un élève de Seconde qui le découvre : il doit être d’abord capable de déconstruire les codes culturels qui l’invitent à produire un texte en ne se fiant qu’à son inspiration, puis à analyser correctement le corpus et la consigne de l’exercice, avant de produire un brouillon qui lui servira, enfin, à créer le texte attendu. Or, bien souvent, un élève de Seconde ne possède pas, d’emblée, assez d’autonomie pour traiter ces quatre étapes essentielles à la bonne réussite de l’épreuve : il se doit d’être accompagné méthodiquement, étape par étape et, dans ce cadre, le logiciel Prezi occupe une place profitable pour l’élève.


- Ce cours méthodologique s’inscrit, en parallèle, dans une séquence portant sur le roman réaliste, et fait office de complément en s’appuyant sur une nouvelle réaliste de Guy de Maupassant.




  • II- La mise en œuvre

- Ce cours a pris immédiatement place après que la méthode de l’écriture d’invention ait été abordée, en demi-groupe, au terme d’une heure de travail (ce travail méthodologique avait pour but de fixer les objectifs de l’épreuve, de lire quelques sujets possibles, et d’en analyser précisément deux). Ce cours est constitué de deux périodes :

1)    Environ 1 heure :
-    J’ai donné à lire aux élèves, à la maison, un extrait de la nouvelle réaliste intitulée «La Rempailleuse», de Guy de Maupassant. L’extrait fourni s’étend de son incipit à :

«Un jour, en revenant dans ce village où son cœur était resté, elle aperçut une jeune femme qui sortait de la boutique Chouquet au bras de son bien-aimé. C’était sa femme. Il était marié.» Les élèves ont notamment eu pour consigne de chercher le vocabulaire qui leur a fait défaut.


-    En classe, la consigne de l’exercice à réaliser est alors dévoilée : «A la manière de Guy de Maupassant, rédigez la suite de cette nouvelle réaliste, au terme de laquelle le narrateur - le médecin - partagera sa réflexion au sujet du pouvoir de l’argent sur les relations amoureuses».

-    S’ensuit alors l’analyse de la consigne. Les élèves en repèrent les mots et expressions clefs («à la manière de», «nouvelle», «réaliste», «réflexion au sujet du pouvoir de l’argent sur les relations amoureuses»).

-    A la lecture des trois premiers termes relevés, le groupe convient du fait qu’il est impératif d’analyser, au préalable, le texte : en partant de ce dernier, on s’est alors interrogé - en se servant notamment des savoirs acquis au collège, où ce genre a été étudié - sur les traits caractéristiques de la nouvelle (texte narratif et schéma narratif, longueur  - relative - du texte, nombre de personnages, connecteurs temporels) puis sur les spécificités de la nouvelle réaliste (statut et focalisation du narrateur, temps verbaux, sujet social et historique).

-    Cette étape aura notamment permis aux élèves de comprendre que, pour pouvoir écrire la suite d’une nouvelle réaliste, un certain nombre de contraintes devront être manifestement respectées : ces dernières ont d’ailleurs été notées clairement, dans leur cours, en guise de conclusion, à l’issue de cette première période.


2) Environ 1h 30 minutes :
-    Une fois l’explicitation des consignes effectuée, les élèves se rendent en salle informatique, et se voient présenter l’activité réalisée pour eux, à l’aide du logiciel Prezi, qui servira de support  à leur écriture d’invention. En effet, l’activité est conçue à la manière des «Livres-jeux», autrement appelés «Livres dont vous êtes le héros» : à partir de la consigne principale, déjà fournie précédemment , mais figurant au centre de l’«aire de jeux»  chaque élève choisit un «Parcours», constitué de plusieurs bulles contenant diverses trames narratives .

 

 

Image 1 : Vue d’ensemble de «l’aire de jeux»

 

 

Image 2 : Zoom effectué sur la bulle «Consigne principale»

 

 

Image 3 : Zoom effectué sur la première bulle du «Parcours n°1»

 

Chaque bulle est organisée en deux parties ; la partie supérieure possède une invitation à produire un paragraphe de dix lignes (environ) : l’élève doit d’abord analyser cette invitation afin d’en rendre explicite les mots clefs (un jeu de couleurs est utilisé afin de l’aider dans cette tâche), puis rédiger le paragraphe attendu à l’aide des contraintes directement issues de son analyse. La partie inférieure, quant à elle, est constituée de deux choix qui guideront l’élève vers la suite de la trame narrative qu’il devra produire .

 

 

Image 4 : Zoom effectuée sur la bulle «Parcours I / choix n°1»

 

Au total, cette activité possède deux parcours, constitués d’un nombre variable de bulles, bulles contenant chacune plusieurs consignes ayant pour but de déclencher la rédaction d’un paragraphe d’une dizaine de lignes. Chaque élève pourra donc se voir offrir, en tout, seize scénarios : il les choisira en fonction de ses désirs, mais aussi de leur difficulté et de leur longueur, qu’il peut estimer aisément en optant pour une vue surplombant l’aire de jeux . Dès lors, il est remarquable que son attention ne se porte plus sur l’«histoire» qu’il doit narrer, mais sur les moyens techniques qu’il doit utiliser pour pouvoir narrer l’histoire qui lui est imposée, mais dans laquelle il possède la liberté relative de pouvoir se mouvoir. Ainsi, ses attentes et ses efforts ne sont plus accaparés par l’imagination et par la prétendue «inspiration» qui lui permettraient de réaliser correctement l’exercice : il se voit davantage concentré sur l’analyse répétée de chaque consigne d’écriture et sur les moyens de réemployer, par l’écrit, ses savoirs littéraires.

Transformer ainsi ses «savoirs» en «savoir-faire» peut être également l’occasion d’utiliser un logiciel de traitement de texte ; l’élève utilise ainsi deux pages distinctes : l’une est un brouillon pouvant lui servir à noter les résultats de l’analyse de chaque consigne contenue dans chaque bulle, l’autre est sa page contenant sa rédaction «au propre». L’intérêt du recours au traitement de texte réside dans le fait que le professeur peut amener l’élève à se corriger aisément sans que ses productions ne perdent en lisibilité.

 

  • III- Les compétences mises en oeuvre

Ce cours permet de consolider et de construire différentes compétences essentielles à la réussite d’une bonne formation intellectuelle. Ainsi, grâce à cette activité, certaines compétences apparaissent de manière plus saillante :


-    Comprendre un énoncé, une consigne ; (compétence 1).
-    Rédiger un texte bref, cohérent, construit en paragraphes, correctement ponctué, en respectant des consignes imposées : récit, description, explication, texte argumentatif, compte rendu, écrits courants (lettres...) ; (compétence 1).
-    Développer la volonté de justesse dans l'expression écrite et orale, du goût pour l'enrichissement du vocabulaire ; (compétence 1).
-    Développer le goût pour les sonorités, les jeux de sens, la puissance émotive de la langue ; (compétence 1).
-    S'approprier un environnement informatique de travail ; (compétence 4).
-    Créer, produire, traiter, exploiter des données ; (compétence 4).
-    Déterminer les tâches à accomplir, établir des priorités ; (compétence 7).

 

  • IV- Pourquoi utiliser les Tic?

Ce cours nécessite avant tout l’occupation de la salle informatique : chaque élève doit pouvoir se mouvoir - à sa guise, ou presque - dans l’«aire de jeux» construite à partir du logiciel Prezi . L’utilisation d’un vidéoprojecteur est également secourable : le professeur peut ainsi montrer, au préalable, comment se mouvoir dans «l’aire de jeux».

Le rôle des Tice est rendu remarquable pour deux raisons principales :

- Rendre le cours plus dynamique et plus ludique, par la variation des supports matériels (utilisation, tour à tour, du papier et de l’écran numérique), et en raison de la nature de l’activité, qui est comparable, dans sa construction, à la manière des «Livres dont vous êtes le héros». Ainsi, le goût et le plaisir d’écrire peuvent se trouver renforcés.

- Permettre aux élèves de mieux manipuler deux outils informatiques distincts (le logiciel Prezi, et un logiciel de traitement de texte).

- Renforcer l’autonomie des élèves (qui font l’estimation de leur niveau avant d’opter pour le parcours qui, selon eux, leur conviendrait le mieux).

- Par là même, cet outil permet à l’enseignant de mieux gérer l’hétérogénéité du niveau scolaire de ses élèves.

- L’emploi de cette activité informatique permet aux élèves d’être davantage concentrés sur l’analyse des consignes et sur l’emploi des contraintes stylistiques qui en découlent, plutôt que sur leur «inspiration» et la trame narrative du texte à produire.

 

  • V- Bilan de la démarche

    Cette séance doit permettre à des élèves de Seconde de développer leur goût pour l’écriture et la lecture, et de travailler divers savoirs et divers savoir-faire, en utilisant et en réinvestissant ces derniers par le jeu d’une écriture qui se veut «ludique».

Cherchant à déconstruire le mythe scolaire selon lequel «l’inspiration» serait la seule garante d’un exercice d’écriture d’invention réussi, ce cours peut faire comprendre aux élèves que l’exercice de l’écriture d’invention est à la fois un exercice purement scolaire, requérant analyse et rigueur, mais aussi un exercice ludique et plaisant.

 


Clément BIGOT

Lycée Edouard Branly, Dreux

Vers le haut

MEN
accédez à  votre espace