> lettres
Ecriture
Accueil
Webradio
Approches du handicap
Lecture
Ecriture
Oral
Langues anciennes
Nouveau collège
Doublants EAF Tle
HIDA
LettresEcriture > Grammaire en ligne

Utiliser la grammaire en ligne

Suivez le fil RSS Edubase

 

Écrire un roman épistolaire dans le genre science-fiction

Activité d'écriture longue et lecture de romans de science-fiction. Cette activité peut être menée entre deux classes ou encore entre des groupes au sein d'une même classe.

08.10.2017 16:29

Écrire un conte à plusieurs mains en 6e

Séquence d'écriture d'un conte après observation de contes sur le site de la BnF. Des outils numériques sont convoqués à chaque étape de l'écriture pour faciliter le partage et la collaboration entre [...]

08.10.2017 12:09

Un projet d'écriture longue : Le mystère en Égypte

Karine Dupont-Belrhali, professeure stagiaire au CLG Pierre Dubois, a mis en oeuvre un projet d'écriture longue avec sa classe de 5e sous forme d'ateliers d'écriture. Ce projet enthousiasmant a [...]

08.09.2017 10:42

Créer un audioguide

Dans le cadre d'un échange avec l'université avec le dispositif "une classe, un chercheur", les objectifs, avec une classe de 6e, sont de développer la curiosité intellectuelle et l'ambition scolaire [...]

06.07.2017 14:56

Webradio - Découverte d'un auteur

Une activité de quelques heures, en parallèle d'une séquence sur Roméo et Juliette, en 3e, qui consiste à produire une émission radiophonique d'une quinzaine de minutes, dans les conditions du [...]

06.07.2017 14:19

Élaborer le procès radiophonique de Victor Frankenstein

Créer le procès fictif et radiophonique de Victor Frankenstein: si chaque personnage croisé dans le roman avait pu témoigner lors du procès, qu'aurait-il dit ? Que savait chaque personnage du dessein [...]

06.07.2017 14:04

EPI - Le fait divers en justice : d'où vient l'info et comment la traiter ?

Une classe de 4e, dans le cadre d'un projet EPI français-EMI/EMC, participe à la semaine de la presse, organisée par le Clemi. Les élèves rencontrent un juge d'application des peines, deux gendarmes [...]

06.07.2017 14:00

Des robots et des mots

Exploration des champs actuels et anticipés de la littérature chez les robots. Le numérique et les robots tendent à remplacer l'humain dans toutes ses activités, qu'en est-il de l'art et de la [...]

29.06.2017 07:35

Quand le français se met au service des sciences

Grâce à l'étude du roman d'aventures, en français, dans la thématique « Se chercher, se construire », l'élève construit des apprentissages au service de connaissances et de compétences liées à une [...]

27.06.2017 08:09

Réaliser un carnet d'enquête numérique pour écrire une nouvelle réaliste

Pour accompagner et s'approprier l'étude de récits réalistes et naturalistes, des élèves de seconde vont se placer dans la situation du romancier-enquêteur, qui étudie scrupuleusement la réalité qui [...]

08.06.2017 17:19

Utiliser la grammaire Magnard en ligne

    Depuis une décennie, les TIC ont massivement investi l'enseignement des Lettres. Ainsi, pour beaucoup d'enseignants ils sont devenus synonymes de diversification, de différenciation pédagogique en lecture, écriture et étude de l'image.
Malheureusement, la grammaire semblait jusqu'alors être le parent pauvre dans cette dynamique de l'enseignement du Français. En effet, un rapide examen des ressources proposées en ligne révèle deux types de sites. Soit ils présentent une information purement théorique (parfois inadaptée au public de collège) ; soit ils se résument à de simples exerciseurs dénués de suivi pédagogique.
C'est dans ce contexte quelque peu restreint qu'est apparue la Nouvelle Grammaire Magnard en ligne que j'ai choisi d'utiliser dans une classe de 5ème à profil particulier puisque 50% des élèves sont des dyslexiques lourds.
Cette " nouvelle " grammaire devait être l'un des piliers de la nécessaire différenciation pédagogique que je devais mettre en place face à un public si particulier qui me demandait une importante réflexion sur la manière de travailler la grammaire autrement. Bien sûr, comme tout outil la Nouvelle Grammaire Magnard a permis des avancées pédagogiques mais sans être exempte d'écueils.

 

  • I- Un outil de différenciation pédagogique

        1. Adapter son cours aux pré-acquis des élèves

        Comme toute grammaire, l'édition en ligne de Magnard propose à l'enseignant une leçon mais sous une forme totalement adaptable. En effet, d'un simple clic, il peut choisir de faire apparaître ou non une partie de la leçon en liaison avec le programme de l'année antérieure ou de celle à venir.
De cette façon, on peut adapter son cours en prenant en compte les pré-acquis de ses élèves, leurs besoins ainsi que leurs progrès.
Cela permet de limiter le décrochage de certains pour qui le cours de grammaire est ressenti comme une accumulation de données sans lien.

 

        2. Mieux gérer l'hétérogénéité de la classe

        Cette reconquête pédagogique est également rendue possible par la création de parcours individualisés. Ainsi, la leçon du jour répond à la fois aux élèves en difficulté mais aussi à ceux qui ne rencontrent pas de problèmes majeurs. Chacun trouve dans son parcours une réponse à ses attentes et une grande adaptation, y compris pour l'enseignant qui peut au sein de cette leçon agglomérer des parties de chapitres différents au gré de sa progression:

        "Le programme de grammaire répartit les objets d’étude par année, pour harmoniser les apprentissages entre les classes et éviter les répétitions pour les élèves. La progression est ainsi soigneusement ménagée. Cependant, certaines notions peuvent être abordées à différents niveaux selon leur degré de complexité. Cela n’exclut pas les révisions jugées nécessaires par le professeur selon les besoins identifiés chez ses élèves."

Programmes de collège, B.O. n°6 du 28 août 2008


         

        3. Un autre regard sur la correction


        Enfin, une plus-value importante est apportée dans le choix qu'a le professeur d'accompagner un exercice ou non d'une correction. Il peut ainsi choisir quel sera le mode d'appréhension de la situation problème par l'élève.
J'ai de cette façon utilisé la Nouvelle Grammaire pour modifier la vision des élèves quant à la place de la correction mais surtout de l'erreur dans leur parcours.
En effet, pour eux, la correction était davantage vue comme une sanction que comme un outil pour progresser. C'est donc sur les représentations des élèves que ce manuel numérique, par sa modularité, permet de travailler même si, nous le verrons un peu plus tard, la Nouvelle Grammaire a encore à progresser dans ce domaine.

 

  • II- Un facteur de motivation

        1. Un médiateur entre les élèves et l'enseignant

        Même si l'argument de la motivation face à un outil n'est pas suffisant pour justifier à lui seul le recours aux TIC, il ne peut être négligé avec certains élèves en décrochage.Pour quelques-uns de mes élèves mes remarques sur leurs compétences étaient vécues comme de véritables attaques personnelles, un jugement porté sur l'individu. Dans ce cas, le recours à la Nouvelle Grammaire, et aux TIC en général, place l'outil en position de médiateur. Il délivre un message perçu comme objectif par l'élève qui va servir de point d'appui à l'enseignant pour formuler ses conseils, apporter une aide, mener sa remédiation.De ce point de vue, la Nouvelle Grammaire reste à améliorer car elle ne propose comme messages que des remarques formulées à partir des erreurs les plus courantes. Mais cette carence rappelle dans un même temps le rôle fondamental de l'enseignant dans toute activité de remédiation et que l'autonomie ne peut jamais être totale dans ce type d'activité.

         2. Garder un parcours en mémoire

        Par ailleurs, l'enseignant doit être présent pour commenter avec l'élève le parcours que l'application garde en mémoire en lui signalant ses carences, en lui proposant un mode de remédiation, mais surtout en soulignant les points positifs de sa progression à des fins de motivation.De cette façon, on peut donner aux élèves l'impression de déléguer le rôle d'évaluateur à l'application au bénéfice de celui de conseiller, d'aide et surtout entamer une autre relation avec eux sur ce point épineux de leur cursus.

         3. Dissocier les compétences pour réussir

        Cet outil permet aussi à l'élève qui rencontre des problèmes de graphie de s'en libérer provisoirement pour se concentrer sur la démarche, sur le point de grammaire proposé. Moins soucieux de la trace écrite qui accompagne obligatoirement un cours de grammaire, il a ainsi beaucoup plus de chance d'acquérir la connaissance, de développer une compétence qu'il sera à même de mettre en œuvre par la suite.L'enseignant doit alors dans un premier temps accepter ce fractionnement des compétences, puis réfléchir à une autre trace écrite élaborée à partir des activités de la Nouvelle Grammaire Magnard en ligne.

 

  • III- Travailler autrement

        1. Etre plus réactif

        Le recours aux TIC est bien souvent appréhendé par les enseignants néophytes comme chronophage. Dans le cas qui nous occupe, cela est faux. La Nouvelle Grammaire peut permettre de gagner du temps en cours pour peu que l'enseignant réfléchisse de manière très précise l'articulation entre le travail en classe et le travail réalisé en ligne (asynchrone).
En effet, grâce au suivi individuel, on peut savoir si une correction est nécessaire ou non sur un ou plusieurs exercices. De cette façon, l'enseignant cible son intervention sur des points précis et peut, grâce au temps ainsi économisé, approfondir certains aspects d'une notion sans que l'économie générale de sa séquence n'en pâtisse.

        On utilise également le suivi individualisé pour créer des groupes de travail. Pendant que certains élèves approfondissent leurs connaissances, ceux en difficulté reprennent avec l'aide du professeur un point du cours mal maîtrisé. En quelques minutes, ce dernier crée ces groupes et gagne en efficacité, en réactivité par rapport aux besoins de ses élèves.

 

        2. Travail asynchrone et travail en classe

        L'atout majeur de l'utilisation de la Nouvelle Grammaire est indéniablement le travail asynchrone qui rend les utilisations préalablement décrites possibles.
Néanmoins, cela demande de la part de l'enseignant une réflexion pour ne pas accroître le fossé numérique et surtout pour articuler très intimement le travail personnel de l'élève et celui fait en classe.
Cela lui impose de définir un mode d'évaluation, de valorisation du travail personnel qui motive l'élève. Les exercices ne doivent pas être considérés comme une simple tâche dont le modus operandi serait nouveau mais comme un outil de suivi d'un travail progressif.

 

        3. Elaborer des modes de mémorisation alternatifs

        Si la Nouvelle Grammaire facilite la préparation du cours et le suivi des élèves, elle ne suffit pas à elle seule à aider pleinement des élèves en difficulté. A titre d'exemple, nul espoir de voir apprise une leçon de grammaire, si adaptée soit-elle, sous la forme proposée ou même dans la rubrique Récapitulons.
L'enseignant doit saisir cette opportunité pour compléter son approche innovante de la grammaire par le recours, entre autres, aux cartes heuristiques, aux fichiers son…
Cette perspective est à l'état embryonnaire dans la Nouvelle Grammaire puisque certains bilans bénéficient d'une animation, mais cela reste encore l'exception.

        Le professeur peut également avoir recours au Tableau Blanc Interactif ou au vidéoprojecteur pour enrichir sa pratique de la Nouvelle Grammaire. Ainsi, alors que la synthèse du cours (Récapitulons) est projetée à l'ensemble de la classe, un des élèves reprend l'intégralité des explications pour les autres.
        Ou encore, après avoir visualisé cette synthèse vidéoprojetée, on fait disparaître le tout pour demander à l'ensemble de la classe de la reprendre à l'oral. Cette méthode favorise la mémorisation et, par la construction commune, donne de l'assurance aux élèves en difficulté.
        Enfin, le vidéoprojecteur servira également à établir une comparaison entre un travail écrit (la rédaction d'un texte descriptif par exemple) et la leçon proposée par la Nouvelle Grammaire pour cerner de quelle manière enrichir cet écrit.

        Ces quelques pistes n'ont pour but que de souligner que la Nouvelle Grammaire, si elle est un produit innovant, conserve des lacunes que l'enseignant pourra pallier mais uniquement en adoptant lui-même une démarche novatrice visant deux domaines importants : la mémorisation et l'amélioration des compétences d'écriture.

 

        4. Aborder d'autres formes d'évaluation

        L'utilisation de la Nouvelle Grammaire débouche rapidement sur une autre problématique : l'évaluation.
Car comment ne pas envisager le suivi personnel comme un pilier, en classe de 3ème, de l'auto-évaluation ? Comment ne pas considérer le recours aux Signets comme l'élément fondateur d'une banque personnelle de notions à réviser chez soi, en étude, au CDI… Les signets sont de petites marques que l'élève insère dans ses leçons afin de conserver en mémoire certains points à revoir, à mémoriser. Il les classe dans des dossiers qu'il crée lui-même et où il peut inclure des annotations, des commentaires.
La modularité de l'outil va alors se mettre au service d'un parcours individuel, d'une préparation à un examen, au développement de la maturité de l'élève, de son autonomie.

                                    "Savoir organiser son travail : planifier, anticiper, rechercher et sélectionner des

                                    informations utiles
                                    Mettre en oeuvre des projets individuels ou collectifs"


                                Socle commun de connaissances et de compétences, L'autonomie et l'initiative (Pilier 7)


Néanmoins, cet aspect ne va pas de soi pour un adolescent, c'est au professeur de lui indiquer cette utilisation, de le placer dans une situation d'un usage raisonné, complet de l'outil qui lui est proposé.

 

 

  • IV- Ecueils et perspective

Ces propos quelque peu dithyrambiques sur la Nouvelle Grammaire Magnard en ligne pourraient laisser entendre que ce produit ne présente aucune faille et que son utilisation va de soi pour la communauté enseignante. Il n'en est rien pour plusieurs raisons.


        1. Manuel numérisé, manuel numérique ?

        Une première approche erronée de la part de l'enseignant consisterait à confondre manuel numérisé et manuel numérique.
La Nouvelle Grammaire en ligne voit son intérêt considérablement diminué si le professeur ne cherche ici qu'un calque numérisé de la traditionnelle grammaire papier. Le support varie et implique une nécessaire évolution des pratiques, une nécessaire réflexion didactique.
Ainsi, il faut prendre en compte l'enrichissement du support comme la possibilité de faire écrire l'élève au sein de l'interface de la grammaire où il peut bénéficier d'images comme support d'écriture.
L'enseignant doit utiliser toutes les ressources de ce nouveau media qui, pour sa part, a encore une grande marge de progression en proposant des liens vers des documents complémentaires (images, atelier d'écriture, dictionnaires…) grâce auxquels l'étude de la grammaire sera réellement décloisonnée:


        "L’élève acquiert progressivement le vocabulaire grammatical qui se rapporte aux notions étudiées et mobilise ses connaissances dans des activités d’écriture.."

                                                                                                                                                                Programmes de collège, B.O. n°6 du 28 août 2008

 

        2. Mettre en avant le suivi personnalisé

        Une deuxième erreur serait de considérer la richesse de la Nouvelle Grammaire comme une banque d'exercices à employer mécaniquement sans prise de recul et en laissant de côté le suivi personnalisé. Ce module est la pierre angulaire sur laquelle prend appui l'aspect innovant de ce produit.
Néanmoins, la Nouvelle Grammaire en ligne peut aussi faire des progrès dans ce domaine. En effet, elle ne propose pour l'heure qu'un suivi de l'élève mais rien à l'échelle de la classe. On perçoit qu'elle a été conçue dans une perspective d'accompagnement de l'élève et non pour l'utilisation plurielle (classe, groupe…) C'est donc à l'enseignant qu'il revient de faire la synthèse et de mettre en avant dans sa pédagogie ce suivi.


        3. Un élément fédérateur

        La Nouvelle Grammaire pourrait également, par son utilisation sur les quatre années de collège, devenir un outil fédérateur d'une équipe disciplinaire dans la perspective d'une progression commune facilitant les remédiations, l'accompagnement pédagogique ou l'élaboration d'épreuves communes.
Mais à ce titre, il serait souhaitable qu'elle présente un suivi de l'élève d'une année sur l'autre, ce qui pour l'heure est impossible

 

  • V- Validation du B2i

Du fait de son utilisation en ligne, l'enseignant peut valider un certain nombre d'items du B2i à l'aide de la Nouvelle Grammaire Magnard:

1.1) Je sais m'identifier sur un réseau ou un site et mettre fin à cette identification.
1.2) Je sais accéder aux logiciels et aux documents disponibles à partir de mon espace de travail.
1.3) Je sais organiser mes espaces de stockage.

2.6) Je sécurise mes données (gestion des mots de passe, fermeture de session, sauvegarde).

 

  • VI- Quelques liens utiles

 Accéder et tester la ressource
http://www.kiosque-edu.com/frontoffice/Accueil.aspx

Des idées sur le blog dédié à cette grammaire
http://grammaire.wordpress.com/

 


Philippe GODIVEAU
Collège Jean Moulin, Nogent le Roi

Vers le haut

MEN
accédez à  votre espace