> lettres
Ecriture
Accueil
Webradio, une radio faite par les...
Approches du handicap
Lecture
Ecriture
Oral
Langues anciennes
Nouveau collège
Doublants EAF Tle
HIDA
LettresEcriture > Rédiger une scène de théâtre à l'aide d'un TBI

Ecrire

Suivez le fil RSS Edubase

 

Jouer avec les codes : écrire une lettre de non-motivation

Les étudiants vont analyser des textes puis en produire eux-mêmes, seuls ou par groupes, pour s'amuser avec les mots : l'objectif est que ces étudiants, qui bloquent parfois a priori sur la notion de [...]

16.11.2016 18:32

Amener les élèves à écrire une nouvelle sur Facebook

Dans ce projet, il s'agissait d'amener les élèves à écrire une nouvelle du brouillon à la publication et échange avec le lecteur. Facebook est aujourd'hui un nouveau lieu de littérature avec [...]

07.11.2016 21:52

Le Japon dans l'imaginaire contemporain français : l'utilisation du padlet au service d'un travail en partenariat

Utiliser un support numérique pour écrire et réfléchir mais aussi travailler l'expression orale et écrite.

15.10.2016 09:49

Opération "sur ses mots" : jouer avec les mots et les notes pour écrire une chanson

Dans le cadre de l'opération "sur ses mots", deux classes de 3e du collège Yolande d'Anjou de Saumur, ont suivi un parcours créatif stimulant. Une rencontre initiale avec Thomas Dutronc a lancé le [...]

06.10.2016 11:42

Ecrire et mettre en voix l'actualisation d'une nouvelle du XIXème, « la dot »

Les récits du XIXème siècle sont éloignés des repères des élèves, ils ne perçoivent pas la critique sociale et psychologique chez Maupassant et restent centrés sur l'aspect narratif.

01.09.2016 10:40

Co-écrire avec un pad

La possibilité d'écrire à plusieurs de manière spontanée, aussi facilement qu'avec le papier crayon, est une possibilité tout à fait envisageable à l'ère du web 2.0. Et cela d'autant plus que l'on [...]

22.08.2016 19:44

Écrire, copier, créer ma ville

Dans le cadre du projet, le numérique accompagne l'élève dans sa production écrite et plastique. Il est donc un outil exploité dans les deux matières du projet.

20.07.2016 01:52

Les Rougon Macquart - Une « saga » des Temps modernes à l'heure de Facebook

Redynamiser la lecture de la genèse des Rougon, et placer l'élève dans une posture mimétique réflexive grâce à l'écriture numérique. Participer à un jeu de rôle virtuel collaboratif par [...]

20.07.2016 01:42

Évaluer et différencier pour faire progresser les élèves en expression écrite

Comment accompagner l'élève dans sa production d'écrit en tenant compte des besoins repérés ? Comment le réconcilier avec le travail du brouillon sans le décourager en pratiquant une évaluation [...]

20.07.2016 01:30

L'utilisation du dictaphone au service de la différenciation pédagogique

Développer l'utilisation du dictaphone afin de dépasser la barrière de l'écrit pour les élèves les plus en difficulté.

20.07.2016 01:27

Rédiger une scène de théâtre à l'aide d'un TBI

    La rédaction d'une scène de théâtre en classe de 6ème pose de multiples problèmes quant au nombre de compétences à mobiliser. En effet, l'élève doit tout d'abord inventer son histoire, faire en sorte qu'elle tienne en une ou plusieurs scènes et, enfin, prouver sa maîtrise du texte théâtral. Ce nombre important de tâches à accomplir se solde bien souvent par des textes soit incomplets soit perfectibles dans leur présentation et leur construction.
De ce fait, ce scénario propose de partir d'une fable de La Fontaine, La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf, pour la transformer en une scène de théâtre à l'aide du Tableau Blanc Interactif (TBI).

 

  • I- Le contexte pédagogique


    Ce scénario part du constat que les élèves de 6èmes ont beaucoup de mal à maîtriser en même temps la création d'une saynète et les contraintes formelles inhérentes au texte théâtral. De ce fait, en leur proposant une fable comme support de départ, l'invention est facilitée afin d'améliorer leur concentration sur la production écrite. Cela permet en même temps de faire un lien entre deux séquences de la progression annuelle tout en soulignant les différences structurelles entre ces deux genres littéraires.
Cette démarche aide aussi beaucoup les élèves en difficulté à avancer étape par étape avec un brouillon en construction progressive qui reste propre et lisible tout au long de l'activité. De cette manière, l'enseignant développe également une réelle méthode de travail quant à la rédaction du brouillon.

 

  • II- La mise en œuvre

    Le texte de la fable est distribué aux élèves et projeté au TBI. Dans un premier temps, on souligne d'un trait les éléments à supprimer, et de deux traits ceux à conserver. Les élèves viennent tour à tour au tableau pour proposer leur repérage mais en même temps pour le justifier (cela évite une approche trop ludique de l'activité). Les éléments à supprimer sont donc progressivement éliminés au TBI pour donner naissance à un texte plus épuré.
L'étape suivante reste sur le plan de l'identification et de la discrimination. Parmi les éléments conservés, les élèves déterminent lesquels peuvent être utilisés en l'état, et quels sont ceux à modifier. Leur passage au TBI donne naissance à un troisième état du texte où toutes les formes de discours cohabitant dans la fable prennent peu à peu place dans une scène de théâtre.
L'enseignant propose ensuite aux élèves d'inventer des gestes ou des paroles illustrant le caractère de chaque personnage. Cette étape devient le lieu de " négociations " et de multiples réécritures de didascalies, apartés… grâce au TBI. Une fois rédigés, le professeur demande à la classe où ces éléments seront insérés et crée ainsi le texte n°4.
Il reproduit cette démarche pour le décor et les indications de mise en scène jusqu'à l'obtention du texte théâtral final.


Synthèse des modifications au format pdf.

 

  • III- Pourquoi utiliser le TBI ?

    Le texte évolue devant les yeux des élèves au gré de leurs propositions tout en restant à tout moment clair et lisible. L'enseignant optimise ainsi l'espace de visualisation collectif dans une manipulation des textes par l'ensemble de la classe qui sécurise les élèves en difficulté.
Le recours au TBI place la classe dans une démarche inductive où la méthode d'élaboration du brouillon passe par des propositions, des hypothèses, des manipulations envisagées par l'ensemble de la classe. Ainsi, l'hétérogénéité est-elle mieux gérée pour devenir une véritable richesse. Chacun apporte sa contribution et participe à la définition d'une méthode de travail.
Le TBI autorise les erreurs grâce au retour à un état du texte antérieur. Ainsi, ces dernières deviennent une source de réflexion, de progrès pour toute la classe qui en même temps envisage les modifications à apporter mais également les écueils à éviter. De cette façon, l'enseignant relèvera moins d'erreurs dans les productions suivantes.
Ce transfert de compétences entre le travail collectif et celui mené individuellement sera d'autant plus efficace que le TBI permet de garder une trace du cours qui, une fois exportée et déposée sur le site de l'établissement, permet à l'élève de consulter pas à pas la méthode, de se l'approprier et de la réutiliser lors d'une production personnelle.

 

  • IV- Les limites de la démarche


    Par les multiples propositions, réécritures, améliorations, cette activité demande une grande rigueur dans la gestion du temps au risque de devenir très rapidement chronophage.

 

  • V- Validation du B2i

    A l'occasion de ce scénario pédagogique, l'enseignant pourra valider l'item suivant du B2i :
2.7) Je mets mes compétences informatiques au service d'une production collective.

 

 


Philippe GODIVEAU
Collège Jean Moulin, Nogent le Roi

Vers le haut

MEN
accédez à  votre espace