> lettres
Lecture
Accueil
Webradio, une radio faite par les...
Approches du handicap
Lecture
Ecriture
Oral
Langues anciennes
Nouveau collège
Doublants EAF Tle
HIDA
LettresLecture > Travailler avec Elsa

Lire

Suivez le fil RSS Edubase

 

Tablettes en Lettres : utilisations du traitement de texte

Propositions d'activités sur tablettes en Lettres : - appareillage d'un texte pour faciliter sa compréhension, - manipulations sur le texte (écriture, réécritures)

06.11.2016 13:22

Créer un recueil collaboratif avec la fonction base de données de moodle

Expérience d'écriture collaborative en classe de 4ème via Moodle. Rédaction d'une anthologie numérique utilisant les outils "base de données" et "glossaire".

05.11.2016 19:55

L'Homme d'aujourd'hui en question : littérature numérique et art contemporain

Etude de "Déprise" de Serge Bouchardon (une oeuvre littéraire numérique interactive), visite de l'exposition "Cherchez le garçon" au MacVal, et participation au projet expérimental "Théro" pour [...]

25.10.2016 10:03

Voyage au bout de la 1re L

La création d'un e-book de vraies-fausses archives du roman de Louis-Ferdinand Céline pour accompagner une étude de l'œuvre complète approfondie en classe.

15.10.2016 09:57

Le Japon dans l'imaginaire contemporain français : l'utilisation du padlet au service d'un travail en partenariat

Utiliser un support numérique pour écrire et réfléchir mais aussi travailler l'expression orale et écrite.

15.10.2016 09:49

Récit et transmission des valeurs autour de Cendrillon

Autour du conte de Cendrillon (après lecture des versions de Perrault et Grimm, d'une version russe et d'une version tibétaine) une artiste (dans le cadre d'un Projet Ouverture Culturelle pour [...]

18.08.2016 17:00

Réaliser un film court pour adapter un récit littéraire porteur de valeurs en classe de 2nde

Ce projet mené en classe de seconde concerne l'adaptation d'un récit littéraire sous la forme d'un film court : partant d'une lecture attentive de textes littéraires, les élèves suivent toutes les [...]

15.07.2016 10:55

De sa lecture à sa représentation, s'approprier un texte théâtral à l'aide du numérique

Construire des supports et des activités autour d'œuvres du XVIIe siècle permettant à tous les élèves de s'investir et de réussir.

13.06.2016 15:51

Approche différenciée des Fourberies de Scapin : la réalité augmentée au service de l'analyse littéraire

Cette démarche a pour but de lever différents obstacles : représentations initiales du théâtre et de la comédie erronées chez certains élèves ; manque de culture littéraire ; mutisme dans la [...]

13.06.2016 14:57

Pourquoi et comment dire l'indicible ? Lire une oeuvre de manière collaborative

Lire et écrire en collaboration autour d'un roman autobiographique. Cette proposition de séquence a pour l'objet l'étude de l'oeuvre intégrale Le Pianiste de Wladislaw Szpilman et consiste en un [...]

10.05.2016 13:25

Travailler avec Elsa, ou comment intégrer un logiciel de lecture dans une progression annuelle.

    L’intégration d’un logiciel, quel qu’il soit, n’est pas une fin en soi, mais doit être perçu comme un plus, une manière de différencier la pratique de la lecture. L’objectif prioritaire est donc de savoir de quelle manière intégrer ce logiciel dans une séquence, et plus largement dans une progression annuelle.

 

  • I- Pourquoi travailler avec Elsa?

    Le premier argument à avancer pour expliquer l’utilisation de cet outil est la diversification. En effet, le changement de lieu, de support et de mode d’intervention de l’enseignant fait de cette heure hebdomadaire un moment apprécié des élèves.

    Par ailleurs, le tableau des résultats proposé à la fin de chaque exercice permet de valoriser le travail effectué, ou, dans le cas où les résultats sont décevants, de les dédramatiser. Il ne s’agit pas seulement de donner une évaluation de manière brute, mais de l’expliciter en compagnie de l’élève, de prendre ainsi du recul face à la pratique de la lecture, la lecture de consigne, et l’attitude de l’élève par rapport au travail demandé (concentration, implication, pertinence…)
 

         Le travail avec Elsa favorise l’autonomie. Certes, l’implication de l’enseignant dans le processus reste primordiale, mais elle sera de moins en moins importante au fur et à mesure des séances. Bien sûr, le logiciel n’est pas là pour se substituer à lui, mais après plusieurs séances et la manipulation acquise, il permettra à l’élève de travailler en autonomie. L’enseignant n’intervenant que dans la phase de commentaire des résultats.


         En comparaison avec d’autres logiciels, Elsa permet un travail à la fois individualisé et adaptable. Les élèves travaillent en même temps sur des textes identiques mais à un rythme personnel puisque la vitesse de travail et la complexité s’adaptent au degré de réussite rencontré lors des exercices.

 

 

  • II- Quelles lacunes peut-on imputer à Elsa?

      Utiliser un outil informatique ne suffit pas en soi à faire progresser du tout au tout un élève. En effet, après avoir déjoué le piège du graphisme ludique, il reste à évaluer l’apport du logiciel dans la pédagogie mise en place par l’enseignant.

 
         Le premier point de questionnement est de savoir si Elsa est adaptable à des élèves en difficulté. Ce logiciel de « perfectionnement », comme le définit l’A.F.L., a-t-il sa place avec des élèves pour lesquels l’acte de lecture est une corvée ?
 

         Deuxième problème, ce logiciel peut-il favoriser le retour du jeune lecteur vers l’objet livre ? Quelles modalités vont permettre l’acquisition de compétences qui soient transversales, et pas exclusivement liées à l’utilisation d’un nouvel outil ? En outre, il ne faut pas perdre de vue que lire à l’écran n’est pas lire sur un support papier, d’où un nécessaire questionnement afin de favoriser le passage de l’un à l’autre pour que la pratique informatique ne soit pas déconnectée du reste des actions entreprises.
 

         Dernier reproche de taille, le logiciel n’aborde pas la dimension sémantique des textes. Il demeure centré sur la performance en matière de lecture laissant de côté la construction du sens grâce au contexte.
 

         Ces quelques remarques, loin de devoir dissuader un enseignant d’utiliser Elsa, sont rassurantes. En effet, elles relativisent l’usage des Tice, et offrent la possibilité d’une pédagogie aménagée librement.

 

  • III- Propositions pédagogiques

   Le point central des remarques qui vont suivre est la nécessaire implication de l’enseignant dans ce travail, et, si possible, dans de multiples directions :

-          Un entretien avec l’élève après chaque exercice pour valoriser, expliquer ou dédramatiser les résultats.

-          Etablir une feuille de suivi qui contribuera à rendre l’élève acteur de sa formation.

-          Construire des séquences et une progression à partir de la bibliothèque de textes.

-          Elaborer des évaluations à partir des textes lus, ou bien utiliser Elsa à des fins évaluatives.

 

1- Des objectifs clairement définis

   Il ne faut pas se leurrer, l’utilisation de ce nouveau média, même s’il bénéficie du label RIP (Reconnu d’Intérêt Pédagogique),  comporte un temps d’adaptation et de prise en mains incontournable. Dès lors, il semble souhaitable de prendre une séance pour expliquer les objectifs à atteindre, la démarche adoptée, la raison d’être de la feuille de suivi, et faire une démonstration.

Voir (en document .doc) : Feuille de suivi vierge
                                    Modèle rempli par une élève

Cette séance ne sera nullement perdue puisqu’elle fixera les bases d’un travail plus pertinent, plus efficace. Cela permettra également pour l’élève, placé dans une situation à la fois stimulante et déstabilisante, de comprendre et d’accepter ce travail.

 

2- Intégrer la pratique informatique

A lui seul, le logiciel Elsa ne peut établir une relation avec l’objet livre ni traiter les textes du point de vue sémantique. Dès lors, il faut accompagner cette pratique, l’enrichir, et l’intégrer dans des séquences. Ainsi, grâce aux références de la bibliothèque (http://www.lecture.org/ site de l’Association Française pour la Lecture présentant le logiciel et une série d’articles), il est possible de travailler par demi groupe avec le CDI et compléter la lecture faite en salle informatique par des activités plus « traditionnelles » autour du livre. L’élève trouvera un écho, une cohérence dans ce travail, et l’outil informatique ne sera pas cloisonné.

En outre, il est également envisageable d’utiliser les textes fournis par le logiciel dans le cadre de séquences ce qui permettra d’améliorer la compréhension initiale pour porter une attention plus soutenue sur les enjeux sémantiques.

La série F, telle qu’elle se présente, pourrait être une piste d’approche pour l’étude des textes argumentatifs. L’utilisation des textes de la bibliothèque sur support papier serait suffisante, et porterait l’élève à transposer ses compétences d’une situation pédagogique à une autre.

 

3-Elsa, un outil d’évaluation

Le premier travail à réaliser consiste à ménager des temps de pause réflexive sur l’usage d’Elsa. Cela permet de faire le point sur le parcours de chacun, sur les progrès réalisés, et sur la transposition des compétences dans le cadre de la classe.

         Dans le même état d’esprit, il est bon de noter qu’Elsa n’est pas un logiciel linéaire. En effet, la partie Historique offre l’avantage de refaire un exercice déjà réalisé. Il devient possible de construire une évaluation des compétences acquises, de valoriser le cas échéant les progrès, voire de favoriser le plaisir d’une nouvelle rencontre avec le texte.

On voit donc que ce logiciel prend en charge un mode d’évaluation formative que l’enseignant peut inclure dans sa progression.

Par exemple, la série E, par le détail des résultats selon la nature des mots attendus, offre la possibilité de déceler les carences, et par la même, de proposer une remédiation en classe. La fonction Historique fournira ensuite l’occasion d’évaluer la portée de cette remédiation.

 

         C’est aussi la manière d’évaluer qui peut changer grâce au logiciel. On peut remarquer que les élèves acceptent plus facilement une remarque sur une erreur d’orthographe (série E) ou de grammaire venant du logiciel que de l’enseignant. En effet, impossible de taxer le premier de parti pris. Ils ressentent l’objectivité de la remarque, puis de l’évaluation. Cela ouvre une porte de dialogue pour l’enseignant particulièrement avec des élèves en difficulté. De ce fait, une réflexion sur les propositions faites à l’élève, sur ses choix, devient plus aisée et plus fructueuse.

 

  • IV- Quelques liens utiles

Regard de l’A.F.L sur la lecture :                                
http://www.inrp.fr/mvtspeda/afl.htm

Présentation d’Elsa
http://tecfa.unige.ch/etu/E72b/98/burri_sykes/ELSA.htm#Début

Site de l’A.F.L :                                                               
http://www.lecture.org/


Propositions de séquences intégrant Elsa :
http://www.crdp-nantes.cndp.fr/ressources/ligne/scenario/elsa/index.htm

Evaluer avec Elsa :
http://www.discip.crdp.ac-caen.fr/lettres/docsress/elsa.htm

 


Philippe GODIVEAU
Collège Jean Moulin, Nogent le Roi

Vers le haut

MEN
accédez à  votre espace