> lettres
Oral
Accueil
Webradio, une radio faite par les...
Approches du handicap
Lecture
Ecriture
Oral
Langues anciennes
Nouveau collège
Doublants EAF Tle
HIDA
LettresOral > Histoires en Kamishibai

Dire

Suivez le fil RSS Edubase

 

Tablettes en Lettres : pistes et outils pour le travail collaboratif

Activités d'écriture collaborative en Langues et Cultures de l'Antiquité - Moodle : appareillage d'un texte par la fonction "glossaire". - usage des pads (etherpad, framapad, pirate pad, padlet) pour [...]

06.11.2016 13:30

Le Monde des Médias

Une séquence sur le monde des médias attachée à l'EPI Information, Communication, Citoyenneté, avec un référentiel précis pour l'évaluation de l'oral.

26.10.2016 01:18

Dare tell tales : enseigner le drama en classe de première pour travailler l'oral

Les jeunes Britanniques bénéficient d'un enseignement nommé "drama" que l'on pourrait assimiler à du théâtre. L'enjeu : non pas une scène récitée ou interprétée avec brio mais le développement de [...]

09.10.2016 14:37

Lire une pièce de théâtre et réaliser un livre en réalité augmentée

A partir de la lecture des Fourberies de Scapin, il s'agit de créer un livre en réalité augmentée à partir des productions écrites et orales des élèves. Ainsi, la séquence est bâtie pour mettre, la [...]

15.09.2016 21:48

« La première chose que je peux vous dire… », mise en voix du roman La vie devant soi de Romain Gary

« La première chose que je peux vous dire… » : c'est ainsi que s'ouvre La Vie devant soi de Romain Gary, récompensé en 1975 du prix Goncourt. Ce roman propose un discours inédit, celui de Momo, un [...]

07.09.2016 08:04

Entretien avec un vampire

Passer d'un vampire « à la mode » à l'appropriation de l'esthétique historique du genre fantastique

05.09.2016 15:02

Ecrire et mettre en voix l'actualisation d'une nouvelle du XIXème, « la dot »

Les récits du XIXème siècle sont éloignés des repères des élèves, ils ne perçoivent pas la critique sociale et psychologique chez Maupassant et restent centrés sur l'aspect narratif.

01.09.2016 10:40

Réaliser une bande-son pour progresser dans la compréhension d'une intrigue

- Améliorer la compréhension fine d'une intrigue - Prendre conscience de l'importance des pensées des personnages, souvent implicites, mais qui font avancer l'intrigue. - Permettre à tous les élèves [...]

22.08.2016 22:50

Les élèves dans le ventre de la baleine

Ce projet interdisciplinaire français/SVT a été réalisé par les élèves d'une classe de 6​e accompagnés par leurs professeurs et par le Muséum de Toulouse, dans le cadre du  [...]

18.08.2016 17:05

Récit et transmission des valeurs autour de Cendrillon

Autour du conte de Cendrillon (après lecture des versions de Perrault et Grimm, d'une version russe et d'une version tibétaine) une artiste (dans le cadre d'un Projet Ouverture Culturelle pour [...]

18.08.2016 17:00

Entre tradition et modernité ou histoires en kamishibaï

Kamishibaï : petit théâtre de papier japonais reposant sur la tradition orale du conte. Le conteur fait défiler des planches dans un petit théâtre en bois portatif (le butaï).

 

  • I- Contexte pédagogique


- Cycle / Profil de classe :Cycle 3 - 6ème

Travail disciplinaire            collaboratif                    transversal  

 

- Problème posé :difficulté à écrire un texte long, à lire de manière à montrer sa compréhension.

 

- Objectif principal :s’approprier par la lecture, l’expression orale et le travail collaboratif, la richesse d’un univers culturel inconnu.

 
- Compétences construites:

Domaine 1 : des langages pour penser et communiquer
ECRIRE : écrit de travail – écrit pour penser –écrit structuré-écriture collaborative
DIRE : écouter et rendre compte à l’oral, échanger, lire de façon expressive, s’exprimer

Domaine 3 : Apprendre à travailler en groupe- Prendre conscience des valeurs citoyennes
EMI : utilisation du numérique pour lire et pour produire.


- Stratégies pédagogiques : cette séquence fait suite à l’étude du schéma narratif dans les contes traditionnels.


- Principaux outils numériques :

Open office – TNI- support d’enregistrement numérique (ici : tablettes via l’application Recorder plus)- (Windows movie maker)


- Un exemple de réalisation :

Vers le haut

La cité perdue

 

source images : http://expositions.bnf.fr/1001nuits/albums/1001/img/medium/mil_026.jpg
source musique : http://www.musicscreen.be/musique-libre-de-droit-ethnique1.html



  • II- Mise en œuvre

Séance 1 : découverte du monde oriental

•    Recueillir les représentations des élèves : qu'est-ce que l'orient pour vous ? Qu'est-ce que cela évoque pour vous?
Assez rapidement arrive la notion de point cardinal vue en cours d'Histoire-géographie ; une rose des vents avec les adjectifs représentants les 4 points cardinaux est rappelée.

•    Ecouter : diffusion d'extraits documentaires autour de la basilique Sainte-Sophie et celle de Cordoue, lieux multiculturels où les communautés religieuses chrétienne et musulmane ont pu cohabiter avec tolérance.
L’écoute est guidée et accompagnée par l’enseignant : les élèves prennent des notes sous forme de mots-clés et en particulier de mots évoquant pour eux le monde oriental.

Cette première approche est suivie d’un travail d’échange en groupe pour compléter, préciser, vérifier sa compréhension. Un secrétaire et un porte-parole pour la restitution en groupe classe sont désignés.

Ecriture réflexive pour manifester sa sensibilité : quelles impressions avez-vous eues en découvrant l'univers oriental ? Pourquoi ?
On conclut la séance par une interprétation de l’expression «  C'est byzance ! »  pour faire apparaître les notions de luxe, raffinement, richesse inhérentes à l’univers du monde des Mille et une nuits.

Séance 2 : lecture de l’histoire du petit bossu

La lecture mettra en avant le vivre ensemble (les trois personnages sont issus de communautés religieuses différentes : juif, chrétien, arabe), la notion de clémence et de tolérance malgré les divergences. La structure répétitive du conte souligne justement que chacun agit de la même manière que ce soit à tort ou à raison.

On travaillera le vocabulaire des défauts et qualités.

On conclut par des extraits de la bande annonce du film d’animation Azur et Asmar.
La notion d’oralité du conte est complétée par la visite d’une conteuse.

Séance 3 : lecture de l’histoire du pêcheur

On fait émerger les notions d’oralité et d’histoires emboîtées. On soulignera les valeurs de sagesse, clémence, générosité du pêcheur en contrepoint de la cruauté du génie illustrées par le conte et en écho à la stratégie du personnage de Shéhérazade pour échapper à celle du sultan Shariar.

Séance 4 : le merveilleux oriental

Vocabulaire : on jouera sur les sens du mot merveilleux .
Ecouter et dire : extraits documentaires vidéo sur les jardins de l’Alhambra, visualisation d’images tirées d’Azur et Asmar pour l’illustration d’un palais oriental inspiré de l’Alhambra.
Oralement, les élèves soulignent les éléments caractéristiques du jardin oriental. Un travail est effectué sur la recherche de vocabulaire autour de la notion de merveilleux.

On pourra souligner éventuellement un autre aspect culturel : l’aspect scientifique visible dans Azur et Asmar.
Les élèves indiquent les éléments merveilleux qu’ils ont observés dans l’histoire du troisième calender et dans celle d’Aladin et la lampe merveilleuse données à lire en amont.

On met l’accent sur l’oral par la lecture expressive du passage dans lequel Aladdin découvre les trésors de la grotte. L’objectif donné est de souligner l’extraordinaire.

La séance sera prolongée ultérieurement à l’occasion de la visite de l’exposition de l’Institut du monde arabe sur les jardins d’Orient et du Tajmahal.


Séances suivantes :

•    ECRIRE (écriture longue)
A partir, de l’atelier d’écriture proposé par la Bnf, les élèves rédigent leur conte de manière collaborative. S’agissant d’élèves de sixième ne maîtrisant pas tous la saisie informatique, il a été choisi d’utiliser la méthode traditionnelle du brouillon manuel.
Chaque groupe se met d’accord sur le déroulement de l’histoire, chacun rédige une étape du schéma narratif. Doivent être exploités : le vocabulaire vu précédemment, l’univers oriental et au moins une valeur morale.
La progression se fait par étapes successives d’amélioration du brouillon.

Les élèves élaborent un diaporama à partir de l’album de la Bnf et doivent mettre en cohérence les images avec leur récit. Une moyenne de 4 à 6 images est demandée. Plus, il y a aura d’images (panneaux illustrant le conte), plus l’enregistrement sera complexe.


•    DIRE : lecture expressive du conte de manière collaborative
Chaque groupe procède à une lecture expressive du conte avec la consigne d’introduire des expressions improvisées liées à l’oralité du conte.

On procède par étapes successives d’amélioration. L’enregistrement a été effectué au moyen de tablettes numériques.


Finalisation
La finalisation peut se faire via un montage vidéo du diaporama et des enregistrements avec Windows movie maker. Elle peut être effectuée par les élèves ou par l’enseignant selon le temps et le matériel disponible.

On peut aussi choisir d’écouter en classe, l’enregistrement en laissant les élèves gérer la projection du diaporama exactement comme lors de la présentation d’un kamishibaï. Les changements de « tableaux » (illustrations) pourront être complétés oralement, en direct, de manière plus ou moins improvisée par les expressions orales si cela n’a pas été le cas lors de l’enregistrement.

Enfin, l’intégralité du conte peut être lue en classe par le groupe qui prend en charge le TNI pour la diffusion des images.
En choisissant les différents modes de restitution du travail, on peut mettre en place une différenciation qui prennent en compte, la capacité des élèves à maîtriser l’outil numérique (avec Windows movie maker), à théâtraliser leur conte ( restitution intégrale à l’oral, improvisation d’expressions orales) et en amont la progression plus ou moins rapide d’écriture.


  • III- Pourquoi utiliser le numérique ?

Le numérique permet ici une valorisation différente du travail réalisé par les élèves et l’exploitation de ressources en ligne.

 

  • IV – Limites et ajustements

S’agissant d’élèves de sixième, le temps d’écriture longue peut être particulièrement chronophage  et gêner l’utilisation du numérique en production pour certains.

 

  • V – Annexe

Adaptation : cette séquence peut être menée en cycle 4 sur le niveau 5ème dans le cadre d’Enseignement de Pratique Interdisciplinaire avec l’Histoire-géographie pour la découverte de l’Islam, l’éducation à la citoyenneté), et les Sciences si on envisage la construction du butaï (le théâtre en bois) ou  l’élaboration d’une maquette, avec les Arts plastiques si à la place des illustrations de la BNF , les élèves utilisent les zelliges qu’ils ont réalisés comme le propose S. Papin dans sa séquence.

 

Cette séquence a été élaborée à partir des ressources proposées par la BNF sur les Mille et une nuits, indépendamment de celle présentée par S. Papin de l’Académie de Créteil (http://eduscol.education.fr/bd/urtic/lettres/index.php?commande=aper&id=2063) dont elle propose ici quelques variantes et prolongements.
Les lectures analytiques ont pour support l’édition 2005 classiques Hatier, collection œuvres et thèmes.

 

Karine LANISTA
Collège Joachim Du Bellay, Montrichard

Vers le haut

MEN
accédez à  votre espace